anguille dans l'eau

L’anguille véritable : un guide de l’élevage des anguilles

Quel tonnage d’anguilles est produit via l’aquaculture en Europe chaque année ?

Les dernières données de la FEAP datant de 2016 chiffrent la production totale en Europe à 6 098 tonnes par an. On observe une baisse constante du nombre de fermes et du volume de production depuis le début du millénaire, lorsque la production annuelle atteignait 11 000 tonnes.

Comment cela se compare-t-il au tonnage de capture sauvage ?

Vers 1960, les débarquements d’anguilles européennes sauvages étaient d’environ 20 000 tonnes par an, mais depuis lors, les captures déclarées ont diminué pour atteindre environ 2 500 tonnes (rapport EIFAAC/ICES/GFCM WGEEL 2017). Depuis la fin des années 1990, l’aquaculture est la principale source d’anguilles pour la table en Europe.

Où sont situés les principaux producteurs et pourquoi ?

Les traditions de consommation de l’anguille sont assez différentes en Europe et, par le passé, un grand nombre d’élevages d’anguilles étaient répartis dans toute l’Europe, chacun répondant aux demandes spécifiques de la région en matière de taille, de qualité et de traitement des anguilles. Avec la diminution du nombre de producteurs d’anguilles, et l’augmentation de la taille des exploitations, le commerce s’est internationalisé.

Le centre de la production européenne d’anguilles, et de la consommation, est toujours en Hollande, où les anguilles fumées sont la forme la plus populaire. La deuxième plus grande production est en Allemagne, qui approvisionne principalement le marché local et la Hollande. Le Danemark est le troisième plus grand producteur, avec quelques ventes sur le marché national, en Pologne, en Hollande et en Italie. Dans le sud, l’Italie et la Grèce produisent principalement pour le marché italien, où l’anguille reste un mets traditionnel de Noël. En Espagne, une grande exploitation produit à la fois pour les marchés du sud et du nord de l’Europe. On trouve d’autres producteurs de taille moyenne ou plus petite en Suède, dans les pays baltes, en Pologne et au Portugal, où les marchés traditionnels de l’anguille existent encore.

Quels sont les types de systèmes privilégiés pour la production d’anguilles ?

Plus de 80 % des anguilles élevées en Europe le sont dans des systèmes d’aquaculture en recirculation (RAS) . Cela permet une production dans des conditions optimales, même dans les climats plus froids. L’eau peut être réutilisée plusieurs fois à l’aide de systèmes de filtration mécaniques et biologiques, ce qui se traduit par une très faible consommation d’eau dans ces exploitations. Grâce à une rétention de chaleur de plus en plus efficace dans les fermes, peu d’énergie est nécessaire pour maintenir la température de l’eau à des niveaux de production optimaux tout au long de l’année, ce qui rend les systèmes de production très efficaces. Les anguilles molles à croissance rapide issues de ces systèmes ont la préférence des clients d’Europe du Nord.

En revanche, les fermes d’Italie – dont la plus ancienne ferme d’Europe, créée en 1970 – et de Grèce utilisent des bassins ou des réservoirs ouverts à écoulement libre . Ici, les températures fluctuent au cours de l’année et les poissons sont exposés à la lumière du soleil. Bien que les densités dans ces fermes soient plus faibles et que les anguilles grandissent plus lentement, ces anguilles sont privilégiées par les clients du sud en raison de leur couleur et de leur chair plus ferme.

La production d’anguilles repose sur la capture de juvéniles. Où et comment cela se passe-t-il ? Et dans quelle mesure cette exploitation est-elle durable alors que les stocks d’anguilles européennes sont en difficulté ?

Les civelles arrivent sur les côtes européennes toute l’année, mais les gros volumes se situent entre novembre et mai et sont capturées en France, en Espagne et au Royaume-Uni à l’aide de filets à main, de trappes ou de petits chaluts dans les embouchures des rivières et les estuaires. Les civelles de nombreux pêcheurs sont rassemblées dans des stations de civelles d’où elles sont échangées avec les fermes d’élevage d’anguilles ou vendues pour le repeuplement.

Même si les stocks d’anguilles sont en difficulté, beaucoup de civelles arrivent dans des zones où elles ont peu de chances de survivre car l’accès aux habitats naturels d’eau douce a été bloqué par des barrages, des écluses et des centrales hydroélectriques.

Selon la réglementation européenne, un quota limité de ces civelles peut être capturé. Soixante pour cent d’entre elles doivent être utilisées pour le repeuplement dans des eaux ayant de grandes chances de survie et 40 % peuvent être utilisées pour la consommation, y compris pour la croissance sur pied dans les fermes piscicoles.

Les recherches ont montré que le repeuplement réussit à créer des stocks d’anguilles et que les anguilles repeuplées migrent effectivement vers la mer des Sargasses après avoir été argentées. L’industrie de l’anguille collecte des fonds dans les principaux pays producteurs, la Hollande et l’Allemagne, et bientôt le Danemark, par le biais de l’Eel Stewardship Fund . Cet argent est utilisé pour des projets de conservation et de recherche scientifique, dans l’intérêt du stock d’anguilles. De cette façon, l’industrie de l’anguille montre que la production responsable et le rétablissement peuvent aller de pair.

Le taux de survie des civelles élevées sur pied a-t-il beaucoup changé au fil du temps et quelles sont les principales raisons de tout changement ?

Les taux de survie des civelles sont proches de 100 % dans le contexte des pratiques d’élevage actuelles en Europe. Alors qu’au tout début de l’aquaculture des anguilles en Europe, dans les années 1980, la survie des civelles pouvait encore être problématique en raison des maladies ou des conditions d’élevage, les agriculteurs ont rapidement appris à manipuler ces anguilles fragiles et à prévenir les maladies dès leur arrivée à la ferme.

L’utilisation d’œufs de cabillaud congelés comme premier aliment a été essentielle pour que les anguilles commencent à se nourrir rapidement, après quoi elles sont sevrées avec des aliments de démarrage de haute qualité spécifiquement développés pour les anguilles.

L’utilisation de filtres à tambour à mailles fines et un faible pH de culture permettent de tenir à distance les parasites courants sans avoir recours à des médicaments. L’inoculation précoce des civelles avec des virus est commune à la plupart des élevages d’anguilles et prévient les pertes ultérieures. Les maladies bactériennes dans les systèmes bien conçus et bien exploités sont presque inexistantes, car les bactéries bénignes qui habitent déjà les filtres biologiques dans le système RAS agissent comme un probiotique, et aucun antibiotique n’est utilisé dans la croissance des anguilles.

<2>Quelles sont les mesures clés nécessaires pour assurer une industrie durable de l’anguille en Europe?

Jusqu’à ce que nous puissions reproduire des anguilles en captivité de manière commercialement viable, l’industrie de l’anguille dépend de la disponibilité de civelles naturelles sauvages. La santé de l’industrie est donc directement liée à la santé des stocks d’anguilles européennes, qui ont considérablement diminué au cours du siècle dernier pour diverses raisons. L’UE et ses différents États membres ont déjà mis en œuvre plusieurs mesures pour aider à la reconstitution des stocks d’anguilles, telles qu’un quota de captures de civelles, le repeuplement dans des eaux appropriées, la limitation des captures d’anguilles argentées pendant leur saison de migration et l’interdiction d’exporter des anguilles (civelles) européennes en dehors de l’UE.

L’une des principales raisons du déclin des stocks d’anguilles est qu’une grande partie de l’habitat naturel d’eau douce des anguilles européennes a été asséchée ou fermée par des barrages, des écluses et des centrales hydroélectriques. Ainsi, une grande partie des civelles qui arrivent sur la côte ne pourront pas atteindre une zone appropriée pour survivre, et les anguilles argentées ne peuvent pas retourner dans l’océan pour arriver à maturité et frayer.

La réouverture des voies de migration de l’anguille est essentielle à la reconstitution des stocks, mais cela prendra du temps et de l’argent, et il n’est pas facile de faire bouger de grandes et puissantes organisations comme les compagnies hydroélectriques et les autorités chargées de la gestion de l’eau. Tant que les voies de migration ne sont pas rouvertes, nous devons aider les civelles à remonter le courant vers des zones appropriées pour devenir adultes, et aider les anguilles argentées à regagner l’océan pour pouvoir nager jusqu’aux frayères.

Pour être durables, les éleveurs d’anguilles doivent avoir un impact nul sur les stocks naturels d’anguilles. Leur utilisation de civelles pour élever des anguilles destinées à la consommation doit être compensée par des mesures visant à améliorer la survie et le recrutement des anguilles dans la nature. Cela peut être réalisé par une combinaison de moyens.

L’utilisation de civelles provenant de zones où le recrutement est abondant aura moins d’impact sur les stocks naturels. Le repeuplement de certaines de ces anguilles dans des zones où le taux de survie est élevé peut produire un bénéfice net positif. En soutenant et en finançant des programmes qui aident les anguilles matures provenant de zones qui n’ont pas de connexion sûre ou ouverte avec la mer à « franchir la digue » en toute sécurité, l’industrie peut encore améliorer le recrutement naturel. Le Sustainable Eel Group et l’Eel Stewardship Fund (ESF) jouent un rôle clé dans ces efforts.

Quels sont les impacts des actions d’initiatives telles que le SEG et l’ESF sur la santé des stocks d’anguilles sauvages et pensez-vous que l’industrie de l’aquaculture pourrait en fait aider à soutenir les stocks d’anguilles sauvages?

Le Sustainable Eel Group a été fondé en 2010 par un groupe de scientifiques, de défenseurs de la nature et de personnes ayant un intérêt commercial pour l’anguille. L’objectif global pour l’industrie, les scientifiques et les défenseurs de l’environnement est de travailler ensemble pour le rétablissement de l’anguille, et dans ce cadre, les scientifiques et les défenseurs de l’environnement du SEG ont développé la norme sur l’anguille durable. Cette norme, évaluée de manière indépendante, couvre l’ensemble du secteur, de la capture des civelles à leur transformation, afin de démontrer un engagement envers la durabilité et des normes élevées en matière de capture, de transport et d’élevage, dans le but de minimiser les pertes inutiles et de préserver le bien-être des anguilles dans les conditions d’élevage. La norme SEG, entre autres, réglemente l’endroit où les civelles peuvent être récoltées afin de minimiser l’impact sur les stocks sauvages et exige des fermes d’élevage d’anguilles qu’elles repeuplent 10 % ou plus des civelles qu’elles capturent dans les eaux naturelles afin de renforcer les stocks sauvages.

Dans les principaux pays producteurs d’anguilles que sont la Hollande et l’Allemagne – et comme ce sera bientôt aussi le cas au Danemark – les éleveurs d’anguilles, les pêcheurs et les transformateurs ont créé leur fonds national de gestion responsable des anguilles. Ces fonds visent à apporter une contribution substantielle à leurs plans nationaux pour l’anguille afin d’accélérer et de dépasser les objectifs fixés dans chaque plan. Les fonds collectent une somme d’argent substantielle à partir des recettes des anguilles labellisées ESF, des subventions gouvernementales et des dons. Aux Pays-Bas, pratiquement toutes les anguilles vendues portent désormais le label ESF et les recettes annuelles totales du fonds dépassent le million d’euros. Avec cet argent, l’ESF soutient un grand nombre d’activités, notamment le repeuplement des (civelles), le transfert des anguilles matures vers la mer (« anguilles sur la digue »), l’éducation et la recherche soutenant les initiatives de rétablissement et la recherche sur la reproduction de l’anguille européenne.

Pensez-vous qu’il sera un jour possible de fermer le cycle de la production d’anguilles ?

Le cycle a déjà été fermé pour l’anguille japonaise , où les scientifiques ont réussi à faire frayer des anguilles, à faire grandir les larves jusqu’à la taille adulte et à collecter des œufs et à produire une deuxième génération d’anguilles captives – jusqu’à présent seulement en petites quantités cependant.

Grâce à un grand effort à travers l’Europe, nous sommes capables de produire des larves d’anguilles européennes, mais jusqu’à présent il n’a pas été possible de faire en sorte que ces anguilles se nourrissent et grandissent. Les scientifiques font cependant des progrès. Des scientifiques de 12 universités du monde entier – dont deux institutions japonaises – unissent leurs forces afin d’accélérer le processus de reproduction. Pour l’instant, la production d’œufs est tout à fait satisfaisante. Dans les années à venir, l’accent sera mis sur la production de larves saines et sur la recherche d’une alimentation adaptée pour celles-ci.

Comment voyez-vous l’industrie se développer au cours de la prochaine décennie et quels sont les principaux défis qu’elle devra surmonter ?

Après des années de déclin depuis le début du millénaire, l’industrie de l’anguille a trouvé un nouvel équilibre entre la production et la demande au cours des dernières années. Les efforts de l’industrie, comme le Fonds de gestion responsable de l’anguille, sont adoptés par un plus grand nombre de pays et font du secteur un acteur clé du rétablissement de l’anguille par le biais du repeuplement, de l’aide à l’échappement des anguilles argentées et de la recherche. L’adaptation de la norme SEG par les pêcheurs de civelles, les agriculteurs et les transformateurs souligne en outre l’approche responsable adoptée par le secteur en matière d’exploitation des stocks de civelles sauvages.

À la fin de cette année, la norme SEG recevra l’adhésion à l’ISEAL, une récompense bien méritée pour une décennie d’efforts en faveur de l’anguille et un signe que la reconstitution des anguilles et la consommation peuvent aller de pair. Nous nous attendons à ce que cela stimule non seulement la reconstitution mais aussi les ventes d’anguilles et qu’il y ait un potentiel de croissance pour l’industrie, mais dans une mesure limitée.

Un défi qui doit effectivement être abordé est l’exportation illégale de civelles vers la Chine. Avec des pénuries de civelles japonaises et américaines et des prix records, la demande de la Chine pour les civelles est énorme. Des organisations en Europe gagnent des millions en trafiquant des anguilles vers l’Asie, et chaque année, certaines d’entre elles sont fermées. Mais avec d’énormes profits à réaliser, il est difficile d’y mettre fin.

L’industrie de l’anguille est donc un fervent partisan de plus de transparence et d’une traçabilité complète dans le commerce des civelles. La norme SEG s’avérera très importante : en raison de la transparence totale de cette norme tout au long de la chaîne d’approvisionnement (chaîne de conservation), le trafic sera minimisé à l’avenir, de sorte que l’anguille européenne reste là où elle doit être – en Europe.