bassin truite arc en ciel

Comment élever des truites arc-en-ciel

Caractéristiques biologiques

Corps allongé, fusiforme avec 60-66 vertèbres, 3-4 épines dorsales, 10-12 rayons mous dorsaux, 3-4 épines anales, 8-12 rayons mous anaux, 19 rayons caudaux. Nageoire adipeuse présente, généralement avec un bord noir. Pas de tubercules nuptiaux mais des changements mineurs se produisent au niveau de la tête, de la bouche et de la couleur chez les mâles reproducteurs.

Coloration bleue à vert olive au-dessus d’une bande rose le long de la ligne latérale et argentée en dessous. Le dos, les flancs, la tête et les nageoires sont couverts de petites taches noires. La coloration varie selon l’habitat, la taille et la condition sexuelle. Les résidents des cours d’eau et les reproducteurs ont tendance à être plus foncés et à avoir une couleur plus intense, tandis que les résidents des lacs sont plus brillants et plus argentés. L’absence de dents hyoïdes est la caractéristique la plus facile à distinguer de la truite fardée.

Profil

Contexte historique

La truite arc-en-ciel est originaire des bassins versants du Pacifique en Amérique du Nord, de l’Alaska au Mexique. Depuis 1874, elle a été introduite dans les eaux de tous les continents, à l’exception de l’Antarctique, à des fins de pêche à la ligne récréative et d’aquaculture.

La production s’est considérablement développée dans les années 1950 avec le développement des aliments en granulés. La pêche à la truite est maintenue, ou l’élevage pratiqué, dans les bassins versants des hautes terres de nombreux pays tropicaux et subtropicaux d’Asie, d’Afrique de l’Est et d’Amérique du Sud. En conséquence, plusieurs souches locales domestiquées se sont développées (par exemple Shasta et Kamloops), tandis que d’autres sont nées de la sélection de masse et de croisements pour améliorer les qualités culturelles.

Principaux pays producteurs

De nombreux pays ont fait état d’une production d’élevage de truites arc-en-ciel. Certains d’entre eux ont une production relativement insignifiante par rapport à celle des grands systèmes situés dans les principales zones de production en Europe, en Amérique du Nord, au Chili, au Japon et en Australie.

Habitat et biologie

La truite arc-en-ciel est un poisson rustique, facile à frayer, à croissance rapide, tolérant un large éventail d’environnements et de manipulations, et les alevins de grande taille peuvent être facilement sevrés à un régime artificiel (se nourrissant généralement de zooplancton).

Capable d’occuper de nombreux habitats différents, allant d’un mode de vie anadrome (souche connue sous le nom de steelhead, vivant dans l’océan mais frayant dans des rivières et des ruisseaux à fond de gravier, à débit rapide et bien oxygénés) à un habitat permanent dans les lacs. La souche anadrome est connue pour sa croissance rapide, atteignant 7 à 10 kg en 3 ans, alors que la souche d’eau douce ne peut atteindre que 4,5 kg dans le même laps de temps.

L’espèce peut supporter de grandes variations de température (0-27 °C), mais le frai et la croissance ont lieu dans une plage plus étroite (9-14 °C). La température optimale de l’eau pour la culture de la truite arc-en-ciel est inférieure à 21 °C. Par conséquent, la température et la disponibilité de la nourriture influencent la croissance et la maturation, ce qui fait que l’âge de la maturité varie, mais il est généralement de 3 à 4 ans.

Les femelles sont capables de produire jusqu’à 2 000 œufs/kg de poids corporel. Les œufs ont un diamètre relativement grand (3-7 mm). La plupart des poissons ne fraient qu’une seule fois, au printemps (janvier-mai), bien que la reproduction sélective et l’ajustement de la photopériode aient permis de développer des souches d’écloserie qui peuvent arriver à maturité plus tôt et frayer toute l’année.

La sélection de caractéristiques supérieures est également obtenue par croisement, ce qui permet d’augmenter les taux de croissance, la résistance aux maladies et à la prodigalité, et d’améliorer la qualité et le goût de la viande. La manipulation génétique des chromosomes sexuels de l’embryon produit des femelles triploïdes stériles, ce qui permet d’éviter la mâchoire en forme de crochet qui ne plaît pas au client, et garantit que les individus introduits/échappés ne peuvent pas se reproduire.

Les truites ne se reproduisent pas naturellement dans les systèmes d’élevage ; les juvéniles doivent donc être obtenus soit par frai artificiel dans une écloserie, soit par collecte d’œufs auprès de stocks sauvages. Les larves sont bien développées à l’éclosion.

Dans la nature, les truites adultes se nourrissent d’insectes aquatiques et terrestres, de mollusques, de crustacés, d’œufs de poisson, de vairons et d’autres petits poissons, mais l’aliment le plus important est la crevette d’eau douce, qui contient les pigments caroténoïdes responsables de la couleur rose orangé de sa chair. En aquaculture, l’inclusion des pigments synthétiques astaxanthine et canthaxanthine dans les aliments pour poissons permet de produire cette coloration rose (lorsque cela est souhaité).

Systèmes de production

La monoculture est la pratique la plus courante dans l’élevage de la truite arc-en-ciel, et les systèmes intensifs sont considérés comme nécessaires dans la plupart des situations pour rendre l’opération économiquement intéressante.

Un site potentiel pour la production commerciale de truites doit disposer toute l’année d’une eau de haute qualité (1 l/min/kg de truite sans aération ou 5 l/sec/tonne de truite avec aération), qui répond à un certain nombre de critères.

L’eau souterraine peut être utilisée lorsque le pompage n’est pas nécessaire, mais l’aération peut être nécessaire dans certains cas. Une eau de puits sursaturée en azote dissous peut provoquer la formation de bulles de gaz dans le sang des poissons, empêchant la circulation, une condition connue sous le nom de maladie des bulles de gaz. Il est également possible d’utiliser de l’eau de rivière, mais les fluctuations de température et de débit altèrent la capacité de production. Lorsque ces critères sont remplis, les truites sont généralement élevées en raceway ou dans des étangs alimentés par de l’eau courante, mais certaines sont produites dans des cages et des systèmes de recirculation.

Approvisionnement en semences

Développement du stock de géniteurs

Les truites ne se reproduisent pas naturellement dans les systèmes d’aquaculture, c’est pourquoi les œufs sont pondus artificiellement à partir de poissons reproducteurs de haute qualité lorsqu’ils sont complètement matures (mûrs) ; bien que les truites de deux ans commencent à se reproduire, les femelles sont rarement utilisées pour la propagation avant l’âge de trois ou quatre ans.

Le nombre de géniteurs requis dépend du nombre d’alevins ou d’ajournements nécessaires pour respecter le calendrier de production de l’exploitation. Ce nombre peut être recalculé en fonction des taux de survie aux différents stades de la vie et de la fécondité des femelles génitrices. En général, un mâle pour trois femelles est considéré comme un rapport sexuel satisfaisant pour le stock de géniteurs.

Les mâles et les femelles sont généralement séparés. L’entretien des géniteurs peut être coûteux et demander beaucoup de travail, ce qui amène certaines fermes à acheter des œufs oeillés d’autres sources ; ceux-ci doivent être « certifiés exempts de maladies », bien qu’ils doivent être traités à l’iode (100 mg/litre pendant 10 min) à leur arrivée et élevés progressivement à la température de l’écloserie.

Les géniteurs sont sélectionnés pour leur croissance rapide et leur maturation précoce (généralement après 2 ans). Un outil de gestion fréquemment utilisé est l’utilisation de géniteurs entièrement femelles dont le sexe a été inversé, afin de produire une progéniture entièrement féminine qui grandit plus rapidement. Des mâles fonctionnels sont produits par l’administration orale de l’hormone mâle 17-méthyl testostérone dans les aliments de démarrage au stade d’alevin.

Dépouillement et fécondation

La reproduction de la truite arc-en-ciel est bien comprise et les techniques sont bien développées. La méthode de fécondation à sec, sans ajout d’eau, est l’approche la plus courante.

Les œufs sont retirés manuellement des femelles (sous anesthésie) en appliquant une pression des nageoires pelviennes sur la zone de l’évent ou par frai aérien, ce qui cause moins de stress aux poissons et produit des œufs plus propres et plus sains. L’insertion d’une aiguille hypodermique d’environ 10 mm dans la cavité corporelle près des nageoires pelviennes et une pression d’air (2 psi) expulse les œufs. L’air est évacué de la cavité corporelle en massant les côtés du poisson. Jusqu’à 2 000 œufs/kg de poids corporel sont recueillis dans un bac sec et conservés au sec, ce qui améliore la fécondation.

Les mâles sont dépouillés de la même manière que les femelles, en recueillant la laitance dans un bol, en évitant la contamination par l’eau et l’urine. La laitance de plus d’un mâle (pour assurer une bonne fécondation) est mélangée aux œufs. Il est recommandé de mélanger la laitance de trois ou quatre mâles avant la fertilisation afin de réduire la consanguinité.

De l’eau est ajoutée pour activer les spermatozoïdes et faire augmenter la taille des œufs d’environ 20 % en remplissant l’espace périvitellin entre la coquille et l’empiècement ; un processus connu sous le nom de « durcissement à l’eau ». Les œufs fécondés peuvent être transportés après 20 minutes, et jusqu’à 48 heures après la fécondation, mais pas avant le stade oculaire (les yeux sont visibles à travers la coquille). L’exposition directe à la lumière doit être évitée à tous les stades du développement, car elle tue les embryons.

Une technique qui a été développée pour améliorer le rendement de la production est l’utilisation de la culture monosexuée de femelles, ou triploïdes. La triploïdie est induite par l’exposition des œufs à la pression ou à la chaleur, tandis que les monosexués sont produits par la fertilisation d’œufs femelles normaux (chromosomes XX) avec la laitance de femelles masculinisées à sexe inversé (chromosomes XXX).

Les testicules matures des poissons à sexe inversé sont grands et arrondis mais ne possèdent pas d’évent. Les testicules sont retirés de l’abdomen et lacérés pour drainer la laitance dans des récipients. Un volume égal de liquide d’extension est ajouté pour rendre les spermatozoïdes mobiles, et prêts à féconder des ovules normaux. L’un des avantages de cette technique est que seuls les géniteurs sont inversés sexuellement et qu’ils peuvent être élevés séparément, tandis que les poissons commercialisés ne sont pas exposés à un traitement hormonal.

Production en écloserie

Les œufs sont incubés sans être dérangés jusqu’à ce que le stade de l’œuf soit atteint, dans des bacs d’éclosion, des incubateurs à flux vertical ou des pots d’éclosion. Les bacs d’éclosion et d’élevage ont une largeur de 40 à 50 cm, une profondeur de 20 cm et une longueur pouvant atteindre 4 m environ. Ils comportent généralement 2 couches d’œufs placés dans des paniers grillagés ou des plateaux grillagés (plateaux California) supportés à 5 cm au-dessus du fond, et l’eau passe à travers le plateau (3-4 L/min). Au fur et à mesure que les œufs éclosent (4-14 semaines), les alevins tombent à travers les mailles du filet vers un bac inférieur.

L’alternative est celle des incubateurs à flux vertical (incubateurs Heath) qui empilent jusqu’à 16 plateaux les uns sur les autres. Une source d’eau unique s’écoule (3-4 L/min) jusqu’aux œufs, se déverse dans le plateau du dessous, devenant ainsi aérée, ce qui permet à un grand nombre d’œufs d’éclore dans une quantité minimale d’espace et d’eau.

Les alevins peuvent rester dans les plateaux jusqu’à la nage, environ 10 à 14 jours après l’éclosion. Le temps nécessaire à l’éclosion varie en fonction de la température de l’eau, prenant 100 jours à 3,9 °C et 21 jours à 14,4 °C (environ 370 degrés-jours).

Les bocaux d’éclosion, disponibles dans le commerce ou construits à partir d’un baril de 40 L et d’un tuyau en PVC, introduisent l’eau par le bas et l’écoulement par le haut. On peut incuber à peu de frais 50 000 oeufs en suspension dans un courant d’eau qui fait rouler les oeufs, à condition que l’incubateur contienne deux tiers du volume de l’incubateur en oeufs, et que le débit soulève les oeufs à 50 pour cent de leur profondeur statique.

Dans toutes les méthodes ci-dessus, les œufs morts sont retirés régulièrement pour limiter les infections fongiques. Les infections fongiques peuvent être contrôlées en utilisant du formol (solution de 37 pour cent de formaldéhyde) dans l’eau d’arrivée à une dilution de 1:600 pendant 15 minutes par jour, mais pas dans les 24 heures suivant l’éclosion. Lorsqu’ils atteignent le stade de l’œuf, l’ajout (faire tomber les œufs de 40 cm) permet d’éliminer les œufs faibles et non développés.

Les truites éclosent (généralement 95 %) avec une réserve de nourriture dans un sac vitellin (qui dure de 2 à 4 semaines), elles sont donc appelées alevins à sac vitellin ou alevins.

L’éclosion du lot d’œufs prend généralement 2 à 3 jours, période pendant laquelle toutes les coquilles d’œufs sont régulièrement retirées, ainsi que les alevins morts et déformés. Les œufs incubés séparément des bacs d’élevage sont transférés dans les bacs d’élevage après l’éclosion. Après l’éclosion, les plateaux sont retirés et la profondeur de l’eau de l’auge est maintenue à une faible profondeur (8-10 cm) avec un débit réduit jusqu’à ce que les alevins atteignent le stade de  » nage « , que le sac vitellin soit absorbé et que la recherche active de nourriture commence.

Élevage des alevins

Les alevins sont traditionnellement élevés dans des bassins en fibre de verre ou en béton, de préférence de forme circulaire, afin de maintenir un courant régulier et une distribution uniforme des alevins, mais on trouve également des bassins carrés. Les réservoirs ont généralement un diamètre de 2 m ou un carré de 2 x 2 m, avec une profondeur de 50-60 cm.

L’eau est amenée sur le côté du réservoir à l’aide d’un tuyau coudé ou d’une rampe d’arrosage pour créer une circulation d’eau. La vidange se trouve au centre de la cuve et est protégée par un grillage. Cette position permet à l’eau de former un tourbillon vers le centre qui accumule les déchets pour les éliminer facilement. Le puisard ou le tuyau de drainage est relié à un tuyau coudé sur le côté du réservoir qui peut être utilisé pour réguler le niveau d’eau.

Les alevins sont nourris avec des aliments de démarrage spécialement préparés à l’aide de distributeurs automatiques, à partir du moment où environ 50 % d’entre eux ont atteint le stade de la nage. Lorsque la plupart des poissons se nourrissent activement, 10 pour cent du poids des poissons doivent être introduits quotidiennement pendant 2 à 3 semaines, de préférence de manière continue à l’aide de distributeurs automatiques à courroie.

Les granulés, composés de farine de poisson (80 %), d’huiles de poisson et de céréales, assurent un équilibre nutritionnel, favorisant la croissance et la qualité du produit, et sont formulés pour contenir environ 50 % de protéines, 12 à 15 % de matières grasses, des vitamines (A, D et E), des minéraux (calcium, phosphore et sodium) et un pigment pour obtenir une chair rose (lorsque cela est souhaitable).

Les aliments commerciaux à haute teneur en énergie et les bonnes pratiques d’alimentation permettent d’obtenir des RCA aussi bas que 0,8:1. Lorsque les alevins ont une longueur de 15 à 25 mm, l’alimentation est basée sur des tableaux publiés, liés à la température et à la taille du poisson. Les mangeoires automatiques sont utiles, mais l’alimentation manuelle est recommandée dans les premiers stades pour éviter la suralimentation, bien que les mangeoires à la demande soient plus efficaces pour les poissons de grande taille. Au fur et à mesure de la croissance, on surveille l’oxygène dissous et on déplace les poissons dans des bassins plus grands pour réduire la densité.

Techniques de croissance

Aménagement de la piste et du bassin

Lorsque les alevins atteignent 8-10 cm de longueur (250 poissons/kg), ils sont déplacés vers des installations de grossissement extérieures. Celles-ci peuvent comprendre des pistes en béton, des étangs danois à écoulement continu ou des cages. Les voies de circulation et les étangs individuels ont généralement une largeur de 2 à 3 mètres, une longueur de 12 à 30 mètres et une profondeur de 1 à 1,2 mètre.

Les canaux de circulation fournissent une eau bien oxygénée et la qualité de l’eau peut être améliorée en augmentant les débits. Cependant, le stock est vulnérable à la qualité externe de l’eau et la température ambiante de l’eau influence considérablement les taux de croissance.

Le nombre de raceways ou d’étangs dans une série varie en fonction du pH [un pH faible (6,5-7,0) réduit la concentration d’ammoniac ionisé] et de la pente du terrain (une chute de 40 cm entre chaque raceway est nécessaire pour l’aération). Une disposition typique d’un canal ou d’un bassin est illustrée ci-dessus.

Pour l’hygiène, la qualité de l’eau et le contrôle des problèmes de maladie, la conception parallèle est meilleure, car toute contamination ne traverse qu’une petite partie du système. Les alevins sont stockés dans les deux systèmes à raison de 25-50 alevins/m² pour produire jusqu’à 30 kg/m² avec une alimentation et un approvisionnement en eau appropriés, bien qu’une production plus élevée soit possible.

Les poissons sont élevés jusqu’à atteindre une taille commercialisable (30-40 cm), généralement en 9 mois, bien que certains poissons soient élevés jusqu’à des tailles plus grandes en 20 mois. Le stock est classé, généralement quatre fois (à 2-5 g, 10-20 g, 50-60 g et >100 g) au cours d’un cycle de production (première année), lorsque la densité doit être réduite, ce qui garantit une croissance rapide, améliore la gestion de l’alimentation et crée une uniformité du produit. L’échantillonnage de la quantité et de la taille des poissons (deux fois par mois) permet d’estimer les taux de croissance, les conversions alimentaires, les coûts de production et la proximité de la capacité de charge ; des considérations essentielles pour une bonne gestion de la ferme.

Les systèmes alternatifs d’élevage de truites sur place comprennent les systèmes de production en cages (6 m par 6 m par 4-5 m de profondeur) où les poissons (jusqu’à 100 000) sont maintenus dans des cages flottantes dans des environnements d’eau douce et d’eau de mer (après le stade d’alevin), assurant un bon approvisionnement en eau et une quantité suffisante d’oxygène dissous.

Cette méthode est techniquement simple, car elle utilise des plans d’eau existants à un coût d’investissement inférieur à celui des systèmes à circulation d’eau ; cependant, les stocks sont vulnérables aux problèmes externes de qualité de l’eau et aux prédateurs mangeurs de poissons (rats et oiseaux), et les taux de croissance dépendent de la température ambiante. Des densités de peuplement élevées peuvent être atteintes (30-40 kg/m²) et les poissons transférés dans des cages marines ont des taux de croissance plus rapides, atteignant une plus grande taille marchande. Des alevins d’environ 70 g peuvent atteindre 3 kg en moins de 18 mois.

Alimentation

Les aliments destinés aux truites arc-en-ciel ont été modifiés au fil des ans. La transformation des aliments par cuisson-extrusion permet aujourd’hui d’obtenir des granulés nutritifs compacts pour tous les stades de la vie. Les granulés ainsi fabriqués absorbent de grandes quantités d’huile de poisson ajoutée et permettent la production d’aliments à haute teneur énergétique, avec plus de 16 % de matières grasses.

Les niveaux de protéines alimentaires dans les aliments ont augmenté de 35 à 45 % et les niveaux de graisses alimentaires dépassent maintenant 22 % dans les aliments à haute énergie. Les formulations d’aliments pour la truite arc-en-ciel utilisent de la farine de poisson, de l’huile de poisson, des céréales et d’autres ingrédients, mais la quantité de farine de poisson a été réduite à moins de 50 % ces dernières années grâce à l’utilisation de sources de protéines alternatives telles que le tourteau de soja. Ces régimes à haute teneur énergétique sont efficacement transformés par la truite arc-en-ciel, souvent à des taux de conversion alimentaire proches de 1:1. Les méthodes d’alimentation varient selon les systèmes de production. L’alimentation manuelle convient aux petits poissons qui mangent des aliments fins. Les mangeoires mécaniques, alimentées par l’électricité ou l’énergie solaire, sont fréquemment utilisées pour distribuer des quantités fixes à intervalles réguliers en fonction de la taille des poissons, de la température et de la saison. Les mangeoires à la demande peuvent être utilisées pour les poissons de plus de 12 cm.

Techniques de récolte

Les méthodes de récolte varient mais les niveaux d’eau dans les installations de retenue sont généralement abaissés et les poissons sont retirés à l’aide de filets. Dans les enclos et les cages, les poissons sont entassés à l’aide de filets à balayage et sont soit pompés vivants de l’enclos d’attente et transportés vers l’usine d’abattage, généralement par bateau à puits, soit abattus sur le côté des enclos. L’ensemble du processus est réalisé dans le but de réduire au maximum le stress et de maximiser ainsi la qualité de la chair.

Manipulation et transformation

Les poissons destinés au repeuplement pour la pêche à la ligne sont manipulés avec soin et contrôlés quant à la qualité des nageoires, la taille et les éventuels signes extérieurs de maladie avant d’être placés dans un bassin spécial en attendant le transport. Les poissons destinés à la table sont tués sans cruauté après des contrôles similaires, mais moins rigoureux.

Avant l’abattage, tous les poissons doivent être affamés pendant 3 jours et, une fois tués sans cruauté, la tête doit être laissée en place ; les poissons décapités se détériorent plus rapidement. Les truites arc-en-ciel sont livrées aux marchés soit fraîches, soit congelées, et leur durée de conservation est de 10 à 14 jours si elles sont conservées dans la glace. Les truites sont commercialisées sous forme de poissons entiers éviscérés, de filets (souvent sans arêtes) ou de produits à valeur ajoutée, comme la truite fumée.

Coûts de production

Comme toute entreprise, les élevages de truites arc-en-ciel visent à augmenter les recettes et à réduire les dépenses. Cela peut se faire en utilisant les aliments/graines et les matériaux de la meilleure valeur, et en atteignant un TFP efficace. Le coût moyen de production se situe entre 1,20 et 2,00 $/kg.

Les frais de fonctionnement peuvent commencer à 100 $ pour 1 000 alevins achetés à 6-8 cm et la nourriture pour un an à 1 000-1 400 $. Les coûts vétérinaires et médicaux sont à partir de 50 $/tonne avec le transport et la commission de vente d’environ 500 $/tonne.

Maladies et mesures de contrôle
Il existe une variété de maladies et de parasites qui peuvent affecter la truite arc-en-ciel en aquaculture, qui sont résumés dans le tableau ci-dessous. La prévention est la mesure la plus importante ; un bon assainissement des écloseries en limitant l’accès, en installant des pédiluves désinfectants et en désinfectant le matériel réduit l’exposition des poissons vulnérables aux agents pathogènes.

Statistiques

La production de truites arc-en-ciel a connu une croissance exponentielle depuis les années 1950, notamment en Europe et plus récemment au Chili. Cela est dû principalement à l’augmentation de la production intérieure dans des pays comme la France, l’Italie, le Danemark, l’Allemagne et l’Espagne pour approvisionner les marchés intérieurs, et à la mariculture en cages en Norvège et au Chili pour le marché d’exportation. Le Chili est actuellement le plus grand producteur. Les autres grands pays producteurs sont la Norvège, la France, l’Italie, l’Espagne, le Danemark, les États-Unis, l’Allemagne, l’Iran et le Royaume-Uni.

Marché et commerce

L’élevage de la truite arc-en-ciel produit de nombreux produits, notamment des produits alimentaires vendus dans les supermarchés et d’autres points de vente au détail, des poissons vivants destinés au repeuplement des rivières et des lacs pour la pêche sportive avec remise à l’eau (en particulier aux États-Unis, en Europe et au Japon), et des produits issus d’écloseries dont les œufs et les juvéniles sont vendus à d’autres exploitations.

Les produits destinés à la consommation humaine se présentent sous la forme de truites fraîches, fumées, entières, en filets, en conserve et congelées qui sont consommées à la vapeur, frites, grillées, bouillies ou micro-ondées et cuites au four. Les déchets de transformation de la truite peuvent être utilisés pour la production de farine de poisson ou comme engrais.

Le marché du poisson frais est important car la chair est douce et délicate, de couleur blanche à rose, avec une saveur douce. La taille du poisson destiné au marché alimentaire peut être atteinte en 9 mois, mais les poissons de la taille d’une casserole, généralement 280-400 g, sont récoltés après 12-18 mois. Cependant, la taille optimale de récolte varie d’un pays à l’autre : aux États-Unis, la truite est récoltée à 450-600 g ; en Europe, à 1-2 kg ; au Canada, au Chili, en Norvège, en Suède et en Finlande, à 3-5 kg (en cage marine). Les préférences en matière de couleur de la viande varient également au niveau mondial, les États-Unis préférant la viande blanche, mais l’Europe et d’autres parties du monde préférant la viande rose générée par les suppléments de pigments dans l’alimentation aquatique.

Des directives strictes sont en place pour la réglementation de la truite arc-en-ciel destinée à la consommation en ce qui concerne la sécurité alimentaire. L’hygiène et la sécurité du transport du poisson frais sont d’une importance capitale, pour garantir que le poisson n’est pas contaminé par des bactéries, conformément aux directives des agences alimentaires.

Situation et tendances

L’industrie de l’élevage de la truite arc-en-ciel se développe depuis plusieurs centaines d’années, et de nombreux aspects sont très efficaces, utilisant des systèmes bien établis.

Cependant, la recherche et le développement actuels tentent continuellement d’augmenter l’efficacité de la production et les ventes en augmentant les densités d’élevage, en améliorant la technologie de recirculation, en développant des souches de poissons génétiquement supérieures pour une meilleure croissance, en contrôlant la maturation et le sexe, en améliorant les régimes alimentaires, en réduisant les concentrations en phosphore des effluents et en développant un meilleur marketing.

Une méthode qui a été développée est une hormone génétiquement modifiée qui est efficace pour réduire les coûts de production. Cependant, des problèmes peuvent se poser, car l’opinion publique continue à être négative à l’égard des produits génétiquement modifiés. Alors que la production continue d’augmenter, la recherche est nécessaire pour maintenir les coûts à un niveau minimum afin que l’industrie puisse aller de l’avant.

Principaux problèmes

Les élevages de truites ont inévitablement un impact sur l’environnement car l’eau des rivières est détournée de son cours naturel, ce qui peut modifier la composition et la diversité des espèces. Les truites échappées des fermes peuvent avoir des impacts négatifs, en déplaçant potentiellement les espèces endémiques (en particulier la truite brune), et en montrant un comportement agressif qui entraîne une modification de la structure de la communauté de poissons.

Les impacts des systèmes d’écoulement sont principalement dus aux produits chimiques de traitement des maladies, aux aliments non consommés et aux excréments des poissons, qui peuvent modifier la chimie de l’eau et des sédiments en aval de la ferme. Les nutriments élevés réduisent la qualité de l’eau (augmentation de la demande biologique en oxygène, réduction de l’oxygène dissous et augmentation de la turbidité) et augmentent la croissance des algues et des plantes aquatiques.

Les restrictions de production exigent que les exploitations disposent de zones de décantation pour éliminer les déchets solides, mais le phosphore soluble présent dans les effluents ne peut être éliminé de manière économique – il faut donc réduire l’alimentation pour résoudre le problème. Il existe également des problèmes de transmission de maladies des animaux d’élevage aux populations sauvages vulnérables.

Pratiques aquacoles responsables

L’élevage de la truite est généralement mené de manière responsable. Les éleveurs de truites sont encouragés à adhérer aux principes contenus dans le code de conduite de la FAO pour une pêche responsable et dans les directives techniques de la FAO pour une pêche responsable (développement de l’aquaculture).